Nouvelle Donne publie !

Nouvelle Donne

Nouvelle Donne

Le site de la nouvelle littéraire

Feuilles de septembre

Édito de septembre

Les premières ondées d’un mois d’août jusque-là brûlant ont annoncé la fraîcheur bienvenue d’une rentrée vivifiante : la rentrée littéraire, bien sûr !

Côté Nouvelle Donne, notre Chien attaché au poteau électrique, publié par La chambre d’échos en juin, continue son chemin ; on peut le trouver ou le commander en librairie ainsi que sur le site de l’éditeur.

Nous avons reçu plusieurs avis enthousiastes de lecteurs et deux belles chroniques très détaillées, l’une de Dominique Baillon-Lalande dans Encres vagabondes
et l’autre de Géraldine Doutriaux dans la revue Rue Saint Ambroise.

On en parle également dans Est-Éclair et dans Luxembourg Féminin et bientôt dans La Voix du Nord.

Par ailleurs, le numéro 45 des éditions Rue Saint Ambroise vient juste de paraître, avec des nouvelles de vingt auteurs différents, et donnera lieu à une soirée de lancement le 1er octobre à 19 heures, sur la péniche Grande Fantaisie, quai de l’Oise à Paris. Des extraits seront lus par des comédiens professionnels et par des auteurs.
Parmi les auteurs déjà chroniqués par Nouvelle Donne, notons Mickaël Auffray et Marie-Christine Quentin.

Le 5 septembre, dans la librairie l’Autre livre, 13 rue de l’École Polytechnique, Paris 5e, aura lieu le lancement du numéro 18 de la revue de littérature L’Intranquille, avec une lecture de poètes colombiens et d’autres textes de forme courte.
Le salon de l’Autre livre se tiendra du 14 au 16 novembre 2020 à la Halle des Blancs Manteaux, Paris 4e. Vous pourrez y rencontrer des éditeurs indépendants, défendant la nouvelle.

Quant à notre équipe de Nouvelle Donne, elle reste plus active que jamais : dès le 15 de ce mois, elle vous proposera un « plein feu » sur Fabrice Schurmans, un auteur de grande qualité qui mérite le détour. Et bien sûr, elle a sélectionné dès maintenant vos meilleurs écrits : 4 nouveaux textes vous attendent en septembre-octobre :
Le saut de l’ange de Raymond Penblanc casse quelque peu les codes de la chute et du suspense, ce que l’auteur peut se permettre grâce à une écriture alliant le style à la profondeur. Pente côte vous entraînera dans un tourbillon de pensées solitaires que nous vous laissons savourer. Enfin, l’audace littéraire et la belle étrangeté d’On voit s’obstiner, chez le poète vieilli, une volonté d’éblouir de Hervé Gasser va vous surprendre et Comme à Ostende de Jean-Yves Robichon vous donner envie de voir la mer… à défaut de voir la mère.

Bonne lecture, et continuez à nous envoyer des textes de qualité, car… il y a du talent dans l’air !!!

Nathalie Barrié

Continuez à nous envoyer vos textes (en respectant notre règlement), nous serons heureux de les lire et de publier les meilleurs.

Notre appel à textes permanent !

le top 10 des nouvelles publiées :
1 Article : COMME Á OSTENDE (4.66 - 8 votes)
2 Article : Les marées du temps (4.53 - 86 votes)
3 Article : Le Peintre (4.45 - 40 votes)
4 Article : Rage dedans (4.45 - 31 votes)
5 Article : Conte de fées (4.44 - 27 votes)
6 Article : À VENDRE (4.43 - 37 votes)
7 Article : Tous les mêmes (4.41 - 12 votes)
8 Article : Ne pas se retourner (4.39 - 18 votes)
9 Article : Le bras cassé (4.37 - 10 votes)
10 Article : Embellie (4.37 - 24 votes)

Derniers articles

  • Septembre 2020

    par Nathalie Barrié

    Les premières ondées d’un mois d’août jusque-là brûlant ont annoncé la fraîcheur bienvenue d’une rentrée vivifiante : la rentrée littéraire, bien sûr ! Côté Nouvelle Donne, notre Chien attaché au poteau électrique, publié par La chambre d’échos en juin, continue son chemin ; on peut le trouver ou le commander (...)

  • Le saut de l’ange.

    par Raymond Penblanc

    La bruyère parfois mène au sang.
    Marie Cosnay
    On part en début de matinée, shorts et croquenots, sacs à dos inégalement remplis. Flasque comme un sein de vieille femme, le mien ne contient en tout et pour tout qu’une bouteille d’eau. Quand le sien est bourré jusqu’à la gueule de tout ce qui constitue (...)

  • Ce qui n’existe plus, Krishna Monteiro

    par Sophie Germain

    La plume de Krishna Monteiro est peut-être bien divine. Elle anime les objets : miroirs, lampes, coffres, livres... les lieux : escaliers, églises, cuisines, chambres... les animaux et les éléments : chiens, oiseaux, mer, vent, brume... créant ainsi un univers riche de contrastes, à la fois concret (...)

  • Tous les mêmes

    par Héloïse Eloi-Hammer

    Un jour, mon fils, un jour, le froid brisera l’échine du temps. Il ne restera rien que le grand froid dans lequel se perdra la folie des hommes. Des étoiles blanches tomberont du ciel, tapisseront la nuit, le sol s’ouvrira, et au matin, tout sera couvert de sang. Ce jour-là, mon fils, je veux que (...)

Notre appel à textes permanent !

Continuez à envoyer vos textes (en respectant notre règlement), nous serons heureux de les lire et de publier les meilleurs.