Nouvelle Donne publie !

Pour une nouvelle révolution par Ronan Golhen

par Éric Mercier

En Russie, alors que le XVIIIe siècle s’achevait dans les larmes et que le XIXe commençait dans le sang, une poignée de théoriciens tenta de dégager les constantes fondamentales de la nouvelle et d’en comprendre les mécanismes structuraux. Ne s’attachant pas aux thèmes des textes, ils prirent le parti de n’en étudier que la forme. Ainsi donnèrent-ils naissance au formalisme.

Formes et structures

Tandis qu’en Europe le genre de la nouvelle tendait à évoluer et que les auteurs commençaient à conférer à leurs personnages des attributs psychologiques en même temps qu’ils délaissaient progressivement une thématique fantastique pour pénétrer toujours plus profondément et pour donner davantage de relief à leurs protagonistes, certains critiques, en Russie, s’attachaient, eux, à théoriser les structures fondamentales de la forme courte et à en comprendre l’agencement au sein d’un texte. De fait, un groupe se forma autour de ce projet et, en s’appuyant sur la littérature slave ainsi que sur la tradition orale de leur pays, les membres de celui-ci parvinrent à avancer quelques explications à l’organisation des textes brefs. Sans vouloir dresser ici un catalogue exhaustif de ces découvertes, sans promettre de ne commettre aucune omission, il semble cependant intéressant de rappeler certains faits de construction applicables à une large majorité de nouvelles.

P.-S.

[... La suite de cet article dans le n° 34]

Dans la même rubrique