Nouvelle Donne publie !

Nouvelle Donne

Un de ces ciels où c’est un miracle...

Édito de mars 2021

Au moment où je rédige cet édito, il fait un temps divin, qui me rappelle tout à coup celui dont Aragon s’est fait le chantre au début des Voyageurs de l’impériale : « un de ces ciels où c’est un miracle qu’il y ait des flocons de nuages pour que quelque chose y puisse être de ce rose léger qui les rend plus bleus ». Quand en plus ce printemps est un peu trop précoce et un peu trop chaud pour être honnête, il faut se dépêcher d’en profiter avant qu’il soit balayé par une nouvelle vague de froid et de COVID mêlés. Carpe diem !
Qu’allons-nous donc vous proposer pour continuer à passer au mieux cette époque troublée ? Nous aurions bien aimé parler rencontres littéraires et salons du livre, mais hélas ces manifestations continuent à être annulées les unes après les autres. Nos lecteurs vont donc compter particulièrement sur nous pour alimenter leur soif de découverte. Voilà qui tombe bien. Cela fait longtemps que vous admirez les dessins valorisant chacune des nouvelles publiées sur notre site. L’heure est venue de découvrir le travail si particulier dont ils sont le fruit. Corine Sylvia Congiu, l’artiste plasticienne illustratrice de Nouvelle Donne, se dévoile et nous livre les secrets de son processus créatif dans une interview passionnante que lui consacre Anne Elisabeth Desicy, notre présidente.
Et puis, bien sûr, il y aura, comme d’habitude, des nouvelles à lire, sélectionnées parmi les meilleures que vous nous envoyez. Nous commençons par Après la vie d’Alain Lavergne dont le sujet « délicat » a longtemps divisé notre Comité de lecture, les interprétations que nous en avions étant parfois contradictoires. A vous de juger. Dans un tout autre genre, vous pourrez par la suite déguster Pince-moi de Lilian Devigne, qui vous emmènera sur les traces de Robinson Crusoé. Dépaysement garanti ! Avril vous réservera sans doute d’autres surprises, nous attendons l’arrivage de nouveaux textes pour en décider.
D’ici-là, portez-vous bien et faites vôtre la maxime de Montesquieu : « Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé ».

Brigitte Niquet
Directrice de publication

Continuez à nous envoyer vos textes (en respectant notre règlement), nous serons heureux de les lire et de publier les meilleurs.

Notre appel à textes permanent !

le top 10 des nouvelles publiées :
1 Article : On voit s’obstiner, chez le poète vieilli, une volonté d’éblouir (4.8 - 30 votes)
2 Article : Pince-moi (4.71 - 14 votes)
3 Article : Nage et tu retrouveras ton souffle (4.66 - 8 votes)
4 Article : Les marées du temps (4.64 - 114 votes)
5 Article : Les merveilles (4.63 - 38 votes)
6 Article : Embellie (4.54 - 35 votes)
7 Article : COMME Á OSTENDE (4.53 - 17 votes)
8 Article : QUI NE DIT MOT CONSENT (4.52 - 29 votes)
9 Article : Le Peintre (4.5 - 44 votes)
10 Article : À VENDRE (4.49 - 41 votes)

Derniers articles

  • Concours de nouvelles de l’Association Princesse Verdine

    Premier concours de nouvelles de l’association Princesse Verdine – atelier d’écriture, en partenariat avec la Mairie d’Eymoutiers et la Bibliothèque des Portes de Vassivière
    Le thème est : « Inconnu à cette adresse » et /ou « Retour à l’expéditeur »
    Date limite : 11 juilet 2021
    La nouvelle ne devra (...)

  • QUI NE DIT MOT CONSENT

    par Françoise Lemaître

    Il y a ce petit bruit qui me serre le cœur. Dès que j’entre, je l’entends. Un cliquetis régulier, implacable, le choc métallique des aiguilles à tricoter. Maintenant, c’est comme si elle ne pouvait plus s’arrêter de tricoter. Je frissonne. Je ferme la porte derrière moi, je défais mon écharpe et mon (...)

  • Entre-deux, Jean Bensimon,

    par Anne-Marie Debarbieux

    Riche déjà d’une bibliographie (en particulier poétique) qui pourrait faire bien des envieux, Jean Bensimon nous mène cette fois sur les chemins tortueux du texte court narratif. Son recueil dont le titre, « Entre-deux », semble judicieusement choisi, trouve effectivement son unité autour d’un thème (...)

  • Pince-moi

    par Lilian Devigne

    Robinson venait de remettre une pièce à son filet. Seul sur son île depuis des années, faute d’humains à quereller et à maudire, il en était venu à détester ces gros crabes noirs et velus qui semblaient prendre un malin plaisir à détruire les mailles de son filet ; précieux filet, en lianes tressées et en (...)

Notre appel à textes permanent !

Continuez à envoyer vos textes (en respectant notre règlement), nous serons heureux de les lire et de publier les meilleurs.