Les noces fabuleuses du Polonais, de Fouad Laroui Julliard, 174 pages, 17,50 €

par NB

Ces cinq nouvelles convoquent d’étonnants récits à l’orientale, racontés au bistro du coin devant une bande d’hommes désœuvrés, une surenchère d’anecdotes allant du surprenant à l’incroyable, entrecoupées des commentaires plus ou moins incrédules d’un public pinailleur, mais au fond conquis d’avance. S’ensuivent des échanges savoureux autour de ces cinq récits, une sorte de « méta-discours » dialogué hors champ, dans lequel il sera question d’un Polonais marié malgré lui, d’un boxeur à double visage, d’une mystérieuse toile de maître recélant un ultime aveu, d’un dialogue sur l’amour, houleux mais empreint de philosophie, et de trois mensonges habilement enrobés. Le sens du suspense du conteur et les commentaires des auditeurs font le charme de ces contes des mille et une nuits revisités.