Nathalie Barrié, notre amie et collaboratrice, nous a quittés après un vaillant combat contre la maladie. Notre tristesse est grande mais il reste sa plume, si piquante, si précise, et son sourire généreux. Nous lui rendons un hommage ému en l'écoutant chanter dans cette vidéo réalisée par Corine Sylvia Congiu.

Hommage à notre amie Nathaie Barrié

Critiques de recueils de nouvelles

Nos critiques de recueils de nouvelles.


Articles de cette rubrique

  • Mimi Haddouf – Éclats de femmes sur le rivage

    par Brigitte Niquet

    C’est un peu par hasard que nous publions en même temps une nouvelle de Mimi Haddouf (Exil) et une chronique de son dernier livre (Éclats de femmes sur le rivage). Disons que le hasard fait bien les choses puisqu’il nous permet ainsi de valoriser le travail de cet auteur qui, après la poésie, le (...)

  • Inch’Allah de Jean-Luc Manet,

    par Nathalie Barrié

    On retrouve ici avec plaisir la verve de Jean-Luc Manet, son sens du détail et de la justesse, mot qui s’accorde au passage avec le terme justice, son univers rutilant et poétique dans un décor urbain pourtant assez glauque, vu des bancs et des rames de métro parisiens. Car Jean-Luc Manet ne cesse (...)

  • Le père que tu n’auras pas, Luc Leens

    par Brigitte Niquet

    Le dernier recueil de Quadrature a deux particularités : celle d’être multiprimé. En effet, sur les douze textes qui le composent, sept ont reçu un prix, voire un premier prix, sans parler d’un accessit au très convoité prix Albertine Sarrazin en 2021 ; celle d’être préfacé par Armel Job, qui s’excuse (...)

  • Aux fils du calvaire, Jean-Luc Manet,

    par Nathalie Barrié

    La vie de SDF ne va pas sans ses vicissitudes, mais quand Romain trouve enfin un abri près d’un voisin mutique, il se passe des choses inattendues et dérangeantes, qui vont le conduire à mener l’enquête. Une jeune journaliste se joint à lui et le duo n’aura de cesse que de retrouver la trace de Denis, (...)

  • L’Angélus des Ogres, Laurent Pépin, octobre 2021

    par Sophie Germain

    C’est donc à l’heure de L’Angélus des Ogres que nous retrouvons le narrateur de la Monstrueuse féerie précédemment chroniquée dans cette rubrique. Le voilà à présent étiqueté patient-salarié ou encore salarié-interné dans le même établissement de soins psychiatriques, ce Centre, où il avait su et sait (...)