Nouvelle Donne publie !

Nouvelles à lire


Les nouvelles par date de publication

  • Pente Côte

    par Lucie Roblot

    Lundi férié. Les jours fériés ont une odeur de jour férié quoi qu’on fasse, quoi qu’on en dise. Depuis le lever, une sensation poisseuse de désœuvrement ne me quitte pas. Désœuvré, ça veut dire sans œuvre ? Ça veut dire que l’on n’a plus d’œuvre à mener ? Ordinateur sur les genoux, lecture des nouvelles, (...)

  • On voit s’obstiner, chez le poète vieilli, une volonté d’éblouir

    par Hervé Gasser

    J’avais sept ou huit ans aux obsèques de mon grand-père. On ne m’avait jamais dit ce qu’il faisait dans la vie. Je le demandai à mon père pendant la messe. Il se pencha vers moi et souffla : “Il travaillait au Ministère de la Santé, mais en vrai, il était écrivain”. Aussitôt mon grand-père devint une (...)

  • COMME Á OSTENDE

    par Jean-Yves Robichon

    Vendredi 25 octobre Vacances de Toussaint. Dans le bus qui me ramène du lycée, nous ne sommes plus que trois ou quatre, la meute s’est dispersée au gré des arrêts, il ne reste que ceux des fins fonds, les terreux de la plaine. Cris et chamailleries ont cessé. Ne persiste que l’odeur des corps et, sur (...)

  • Le saut de l’ange.

    par Raymond Penblanc

    La bruyère parfois mène au sang.
    Marie Cosnay
    On part en début de matinée, shorts et croquenots, sacs à dos inégalement remplis. Flasque comme un sein de vieille femme, le mien ne contient en tout et pour tout qu’une bouteille d’eau. Quand le sien est bourré jusqu’à la gueule de tout ce qui constitue (...)

  • Tous les mêmes

    par Héloïse Eloi-Hammer

    Un jour, mon fils, un jour, le froid brisera l’échine du temps. Il ne restera rien que le grand froid dans lequel se perdra la folie des hommes. Des étoiles blanches tomberont du ciel, tapisseront la nuit, le sol s’ouvrira, et au matin, tout sera couvert de sang. Ce jour-là, mon fils, je veux que (...)